On y travaille

Gastronomie en voyage

Gastronomie en voyage

Si voyager c’est vivre, alors manger c’est l’ADN même de ce voyage, parce qu’au coeur de la gastronomie se trouve l’histoire d’un peuple, faisant d’elle le moyen le plus efficace pour découvrir la culture d’une communauté. Les traditions culinaires sont des sources d’informations extrêmement riches et toujours totalement différentes d’une destination à une autre, rendant l’expérience du voyage d’autant plus fascinante, et ce, même si votre séjour à l’étranger consiste en une longue sieste sous les palmiers. 

Certains choisiront de passer leurs vacances sur une plage avec un bon livre, question de se reposer ou simplement de casser l’hiver en deux, d’autres auront soif d’aventure et auront envie d’explorer de nouveaux territoires, mais, quel que soit le but de votre voyage, il vous amènera toujours à vous détacher de votre quotidien et de vos références. C’est pour cette raison que voyager c’est vivre, comme disait le chansonnier Gustave Nadaud, parce que le dépaysement et la découverte de nouvelles cultures nous enrichis et nous ramène toujours à la maison un peu plus grandi.

L’évolution de l’humanité a amené les peuples à transformer leur besoin de se nourrir en art culinaire et en traditions distinctes, influencées par leurs racines et leurs parcours uniques, faisant aujourd’hui de cette gastronomie, le miroir de leurs histoires.

Par exemple, lorsqu’on voyage en France, on découvrira une cuisine bourgeoise, riche et soignée, respectant des “codes” stricts, datant de La Renaissance et influencés par un mode de vie jadis, très aristocratique. On profitera également de leur héritage gaulois en dégustant charcuteries et fromages ou encore de l’influence gastronomique que l’Italie a eut sur eux, par le biais, entre autres, de leurs délicieuses pâtisseries.

Alors qu’au Maroc, on aura accès à une cuisine copieuse, parfumée et festive, étant au centre de la famille et de la réunion et essentiellement cuisinée par les femmes, qui se transmettent les recettes et techniques de génération en génération. Par contre, les hommes sont en charge des méchouis, une méthode de cuisson extérieure qui utilise l’animal en entier, démontrant du coup, une culture encore très conservatrice. On pourra aussi goûter à l’influence de l’Andalousie ou alors de l’Inde avec l’omniprésence d’épices dans les préparations.

Et puis dans un pays avec une histoire aussi chargée que celle de l’Afrique du Sud, la gastronomie sera d’autant plus émouvante, nous en faisant voir de toutes les couleurs avec sa cuisine aussi appelé “arc-en-ciel” dû à son mélange de différentes cultures et à son spectre infini de saveurs. On découvrira une cuisine d’origine africaine, mais influencée par la colonisation des Anglais, des Allemands, des Néerlandais et des Français, apportant tous, leurs petites doses de profondeur aux plats. La cuisine sud-africaine d’aujourd’hui, malgré qu’elle soit en évolution constante, demeure remplie d’histoire, comme le traditionnel “Bunny Show” par exemple, qui nous apprendra que ce petit pain farci au curry avait été créé durant l’Apartheid pour permettre aux noirs de déjeuner, puisqu’ils n’avaient pas accès aux restaurants. 

Peu importe où nous atterrissons, la cuisine sera le reflet de sa communauté; les sushis au Japon, étant à l’image d’une culture extrêmement délicate et raffinée, la saucisse et la choucroute des Allemands démontrant une culture plus pragmatique, tandis qu’en Jamaïque, la cuisine végétarienne pourrait vous en dire long sur la nature pacifique de la communauté des rastafaris.

"Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es!" Brillat-Savarin.

Émilie Gauthier 

Auteure & Blogueuse 

www.mespetitesrevolutions.com